projet suivant
projet précédent
Projets      Logements

Construction d'une maison d'habitation B-S à Jupille -Sur-Meuse

Programme : Construction d’une maison d’habitation

Année : 2006 - 2008

Lieu : Jupille-Sur-Meuse

Maître d’ouvrage : Privé

Statut: livré en 2008

Partenaire stabilité : Statica

Photographe: Laurent Brandajs & Serge Brison

 

Au départ, une parcelle triangulaire étroite et pentue. La rue est en contrebas de celle-ci. L’implantation du bâtiment est donc primordiale pour préserver l’intimité de la maison et créer des espaces de jardin plat, accessibles et dégagés.

Nous décidons donc d’implanter le volume sur la moitié du terrain, près de la limite mitoyenne afin de maintenir un grand jardin au sud-ouest et de limiter les espaces  périphériques résiduels.

Le gabarit résultant de cette volonté est trapézoïdal.

Les fonctions servantes (garage, buanderie, rangements,…) sont situées dans un socle à rez-de rue. Ce socle qui constitue le soutènement des terres, permet d’intimiser l’espace de vie. Pour marquer l’entrée, nous réalisons un évidement du volume pour créer une zone couverte. L’ensemble porte (d’entrée et garage) est volontairement réalisé en bois.

Le séjour, surélevé et protégé par le socle de soutènement, est ouvert sur l’avant. Il profite de larges vues dégagées sur la ville de Liège et jouit d’un accès direct au jardin. L’espace est ouvert et les fonctions communiquent entre elles tout en préservant des espaces d’intimité comme un salon marocain, couvert de coussins, de tapis et de matelas.

Le volume des chambres, plus intime et fermé, est posé sur le séjour par l’intermédiaire de supports délicats: de fine colonnes constituées de plats métalliques. De l’intérieur, suivant la perspectives, la perception visuelle des plats est modifiée, offrant tantôt une sensation de sécurité, tantôt, une sensation complète de légèreté et de transparence.

Les circulations sont centrales au bâtiment et sont ouvertes sur les espaces de vie. Ces circulations et leurs ouvertures permettent la perception de la lumière d’étage en étage. Le socle étant plus sombre, la lumière éclate aux autres niveaux, agrémentant la perception spatiale de chaleureuses surprises. Le garde-corps de l’escalier partiellement en verre accentue cette entrée de lumière.

Les percements de l’enveloppe résultent directement des besoins internes mais elles encadrent également les vues mises ainsi en valeur. Chaque fenêtre devient ainsi un tableau changeant au rythme des saisons.